5

Quel attrait chez les jeunes pour les métiers du numérique ?

Publié le 18 Jan 2016

L'enquête de l'Apec* (Association pour l'emploi des cadres) publiée chaque année à la fin du mois de septembre se penche cette fois sur l'intérêt que les jeunes diplômés de 2014 portent aux métiers du numérique. Confrontés à la dure réalité de la conjoncture économique, ils sont plus nombreux à tirer leur épingle du jeu que leurs contemporains non qualifiés (le taux d'emploi s'établit à 62%, ce qui traduit d'une détérioration par rapport à 2010). En règle générale, ces derniers ont assisté à une dégradation de leurs conditions de travail, excepté pour ceux qui ont fait le choix de la filière informatique.

Ainsi, leur taux d'emploi s'élève à 71% et 79% d'entre eux bénéficient d'un CDI, pour une rémunération mensuelle moyenne de 31200 euros. Un salaire nettement supérieur aux 26500 euros mensuels qui caractérisent l'ensemble des secteurs.

Toutefois l'enquête de l'Apec permet un constat intéressant: seuls 5% des jeunes diplômés sondés déclarent être attirés par ce secteur, qui constitue néanmoins 9% des emplois, soit presque le double des intentions déclarées. Une réalité qui s'explique par la possibilité élevée d'équivalences dans ce secteur, renforcée par la possibilité de suivre une formation d'entreprise. En effet, on observe de nombreuses accointances entre ce secteur et d'autres à première vue cloisonnés (commnication, marketing, finances, etc) tant la demande en capital humain y est forte et la rémunération fixée en conséquence.

Si les professionnels se refusent à parler de carences, certains métiers souffrent d'un manque d'effectifs, en particulier les postes de développeur et consultant. Bien que les jeunes start ups engagées dans la voie du digital vantent les mérites de leurs développeurs, un tiers de ces derniers s'orientent vers de grosses structures (plus de 5000 salariés) à la fin de leurs études. A l'inverse, seuls 11% d'entre eux optent pour des entreprises de moins de 20 salariés

Malgré l'entrée des digital natives sur le marché du travail, l'affluence massive de ces derniers dans les métiers innovants (big data, traffic management, cloud, etc) du numérique se fait toujours attendre. En témoigne la faible quantité d'annonces dédiées à des postes de traffic managers, soit 600 sur les quatre dernièers années !

Mais nombre d'observateurs tablent sur un engouement à court terme, un pronostic qui fait déjà écho à la proportion de jeunes issus d'écoles de commerce et évoluant aujourd'hui dans l'informatique (10%).

*Jeunes diplômés sortants 2015 étude Apec

Tristan de Malleray,
Responsable Rédaction et Communication chez BeCoopt.
Retour aux articles